12.10.18

Ils étaient... les "Hommes de cour" !



Depuis 2015, mon modeste petit blog des Briqu'teux n'a plus eu l'honneur de bénéficier de la rédaction d'un petit texte relatant le temps passé !
Oh, certes, le personnel technicien des briqueteries d'aujourd'hui n'a rien de comparable avec les Briqu'teux d'antan : ceux qui "manutentionnaient" les briques encore molles et humides tout comme celles encore brûlantes et sonnantes !
Je veux parler des "Hommes de Cour"... comme on les appelaient en 1970 !  Permettez-moi de raconter ici quelques caractéristiques de leur métier.
Charger les camions à destination des mille et un chantiers de Belgique !

En bleu de travail, les briquetiers-chargeurs formaient une équipe de 8 bonshommes, bossant deux par deux, et tous à l'unisson.  L'un par terre, près du dépôt lançait les briques à l'autre qui les rattrapaient pour les ranger sur le camion.  Ces gestes, mille fois répétés,  devaient être précis, toujours réguliers pour garantir une sécurité relative et éviter les accidents.
De plus, l'un d'eux, celui sur le camion,  avait la responsabilité de "compter" les briques posées sur la camion.  Ce calcul, réfléchi silencieusement, était d'une simplicité toute bête. Exemple : une commande de 3200 blocs correspondait à 8 séries de 100 briques à lancer sans interruption. Et soudain, après "un certain temps", le "compteur" criait "Cent", et toute l'équipe s'arrêtait pour souffler et rouler une cigarette que chacun fumait en blaguant, pour retrouver des forces.
Combien sont-ils de ces anciens briqu'teux qui souvent ont dû se poster sur ou auprès d'une semi-remorque telle que celles de Maxy, pour y charger 13.000 briques ordinaires, durant 3 heures, à huit hommes de cour !   De plus, une fois le camion chargé,  plusieurs autres attendaient plus loin !
Bien sûr, à l'époque, les clark-élévateurs ne roulaient pas encore dans la briqueterie, et la  mise en paquets n'existait pas encore.
Tout se faisait à la main, d'homme à homme, au prix d'efforts surhumains et de douloureuses fatigues dispensant les Briqu'teux à être bercés pour trouver le sommeil.
Ils rentraient chez eux, en vélo pour la plupart, content et fier de leur boulot !  L'esprit d'équipe régnait et l'ambiance heureuse les encourageait !
________________________________________

Cette page sera datée du 12 octobre 2018, alors que le projet de la construction d'une plateforme bimodale le long de la Lys ne fait pas l'unanimité dans l'opinion publique et politique, je suppose que la briqueterie, au Touquet, y voit là une immense facilité pour exporter ses briques vers l'Angleterre.
Chargées sur grands conteneurs, les palettes de briques n'auraient que quelques kilomètres à parcourir jusqu'à ce quai de chargement pour y être ensuite, par voie fluviale, transportées vers Antwerpen puis, par la Manche, vers la Grande Bretagne !  Puis-je y voir, par ce moyen de transport, l'ouverture d'un marché nouveau et immense ?

23.11.15

Dans l'espoir d'une belle continuation pour "Ploegsteert" !

Retraité depuis 12 ans  après avoir apporté mes services au sein des briqueteries de Ploegsteert durant 40 ans, il m'est venu à l'idée, le 19 août 2014 de créer ce blog afin d'évoquer l'ancien temps de la Briqueterie de Ploegsteert.
Aujourd'hui, sur ce modeste blog, sont parus 150 notes de souvenirs et 25 pages de séries photographiques, pour lesquelles, j'en suis convaincu, vous aurez pris plaisir à lire et à découvrir. Aussi, je tiens à vous remercier tous, pour votre fidélité à suivre ce site internet, ainsi que ceux qui ont bien voulu apporter quelques précisions et anecdotes supplémentaires aux différents événements d' une époque révolue. 

En conclusion finale, je termine par la photo de deux oeuvres artistiques, l'une picturale, l'autre sculpturale, qui ont été réalisées en guise de reconnaissance adressée à "Monsieur Joseph" à qui nous souhaitons une longue et paisible longévité. 

Merci à tous 

Caricature en terre cuite de Ploegsteert, posée sur un bloc de Barry,
réalisée par… MDW

Peinture demandée par le Fonds d Solidarité et réalisée par Jacques Coussée
à l'occasion des 30 ans d'ancienneté du Patron. 

11.11.15

Dans la foulée des… "Briqu'teux"! Bravo à eux !

11 novembre 2015  ! Anniversaire de l'Armistice mettant fin à 4 années d'horreurs !
En ce jour du Souvenir, lors du Semi-Marathon de Ploegsteert, les Briqueteries de Ploegsteert et les sociétés Ceratec ont voulu marquer le coup en accomplissant le sacro-saint Devoir de Mémoire par du sponsoring et par une importante délégation du personnel, uniformément revêtue du T-shirt blanc portant fièrement logo et "poppie".
Personellement, sans avoir jamais pu parcourir les km déjà piétinnés par les Tommies, il y a 101 ans, je me suis contenté de pixelliser les valeureux joggeurs de Ploegsteert, en guise d'encouragement.
Voici une série de photos, prises au hasard des passages, durant le 8 km.
A vous le plaisir de les reconnaitre : ouvriers, cadres, direction, ils ont tous donné le meilleur d'eux-mêmes.  Pour les autres, qui n'eurent pas la chance d'être "immortalisé sur la pellicule" (il n'y en a plus !) cela n'enlève rien à leur courage et a leur satisfaction d'avoir participé.
L'essentiel n'est-il pas là ?































12.10.15

On s'est revu et l'on s'est dit : "Au revoir" !

A l'initiative de trois pensionnés, à savoir Josiane Remmery, Claude Baratto et Ronald Rosseel, une sympathique réunion s'est tenue au mois de mars dernier à la Briqueterie de Ploegsteert dans l'unique but de partager… le plaisir de se revoir après bien des années !
Tous les retraités des services administratifs, qu'ils fussent de Ceratec ou de Ploegsteert,  furent invités à participer au programme proposé : apéritif de bienvenue, découverte de la fabrication du tout nouveau produit : les murs préfabrqués Verbo, et pour finir déjeuner des retrouvailles.  Tout un programme à suivre moyennent une participation et prévu avec les épouses.

Avant de se quitter, tous les convives, ravis de s'être revus et d'avoir pu prendre des nouvelles des uns et des autres, se congratulèrent chaleureusement par ces mots si simples :

Au Revoir !

 

7.10.15

Un brin de nostalgie ?

Encore une photo-souvenir qui n'est certes pas très ancienne  et que bien peu de Briqu'teux auront connue : il s'agit d'un mini-chantier de démonstration maçonné à l'étage du Centre Social, dans la salle d'exposition.
Cet ouvrage de maçonnerie, oeuvre de notre ami Titis aidé de Werner O. réalisée en l'an 2002, fit la démonstration d'un nouveau produit qui était le Panneau Stalton ainsi que la Maxibrique fançaise.  Le mur Verbo, préfabriqué en usine n'existait pas encore !
Une dizaine d'années plus tard, lors de la rénovation du Centre Social, rebaptisé "228 Touquet", la salle d'exposition fut totalement repensée et transformée  et les mini-chantiers furent démontés. Il n'en reste aujourd'hui que quelques photos.
A noter que sur la grande photo murale : Nufa, Numo existaient encore. L'extension des bureaux n'était pas réalisée. Bristal n'existait pas encore.  Ceratec non plus !  Par contre : la voie ferrée était encore présente ! C'était en 1971 !

Ceci pour dire que dans la longue vie de la Briqueterie, "Ploegsteert" n'a jamais hésité à se remettre en question afin respecter, inconsciemment,  sa raison sociale des débuts  : "Le Progrès" !



5.10.15

Ceux des années 60 !

La semaine dernière, un clip-vidéo a permis de revivre une sympathique réunion de pensionnés, rassemblés au Centre Social pour le plaisir de se revoir et de se souvenir du temps passé.

Pour ceux qui souhaitent récupérer très nettement une ou plusieurs photos de cette journée de mai, en 2006, il leur est possible de faire défiler tous les documents en cliquant, dans la colonne de droite "Séries Photographiques", sur les 4 dernières rubriques.

Mais, la photo ci-dessous est probablement la plus importante.

2.10.15

Conséquences des périodes de bonnes embauches !

Les années 60 connurent des périodes florissantes en ce qui concerne l'embauche !
A cette époque aussi, l'énoncé de deux dictons vinrent confirmer  effectivement la bonne conjoncture de la construction en Belgique.  "Quand le bâtiment va, tout va !"  ou "Construire, c'est bien, en briques c'est mieux  !"
En effet, on construisait partout, et tout allait bien !

Trois décennies plus tard, alors que la Briqueterie avait dû faire face à plusieurs crises économiques la mettant chaque fois en difficulté,… les réunions annuelles rassemblant les pensionnés, pré-pensionnés et membres méritants pour le Fonds de Solidarité,  autour du Patron, rassemblèrent beaucoup de monde comme en témoigne cette photo.

De longues carrières encore en cours, et d'autres qui se terminèrent, connaissaient à cette occasion une réconfortante réconnaissance de la part de l'entreprise.